Liens entre les boiteries, le glissement latéral de la selle et la forme du dos chez les chevaux de sport

Résumé

Pourquoi la selle du cheval glisse-t-elle sur le côté lorsqu’il est monté ?

Le déplacement latéral de la selle (saddle slip) lors du travail monté est une observation fréquente mais sa signification précise n’a jamais été étudiée. On accuse souvent une dissymétrie du cavalier, ou une mauvaise adéquation de la selle, d’être à l’origine de ce glissement. Les auteurs montrent qu’une selle qui glisse latéralement peut aussi révéler une boiterie d’un membre postérieur.

Cette étude de Greve et Dyson est la première qui cherche à objectiver :

  • La fréquence du saddle slip
  • Son association avec différentes variables : boiteries postérieures, forme et symétrie du dos du cheval, asymétrie du cavalier et adéquation de la selle au dos du cheval.

Méthode

Les auteurs ont sélectionné 506 chevaux et les ont suivis pendant un travail normal. Ils ont décrit la forme de leur dos et sa symétrie, noté la présence d’une boiterie (en main ou monté) et recherché le glissement latéral de la selle.

saddle slip
Figure 1: selle qui ne glisse pas à gauche versus selle qui glisse à droite

Résultats

Les résultats montrent que le déplacement latéral de la selle est observé dans 12% des cas (62 chevaux sur 506). On observe une asymétrie significative du dos chez 8% des chevaux, et plus d’un tiers des cavaliers (37%) sont assis de travers dans leur selle.

résultats étude greve et dyson
Figure 2: Résultats

L’analyse statistique conclut que le déplacement latéral de la selle est significativement associé avec des boiteries postérieures ou des anomalies d’allures (odds ratio [OR] = 52.62). Les autres facteurs de risque sont une selle au contact et aux matelassures uniformes (OR = 15.49), un déséquilibre du cavalier (OR = 6.32), une selle en adéquation avec le cheval (OR = 3.05) et un dos large (mesuré à T18) (OR = 1.2).

Qu'est ce que l'odds ratio?

L’odds-ratio caractérise le risque d’avoir « une maladie » au sein d’un sous groupe d’une population. Trois situations sont possibles :

  • OR ≈ 1 :  la maladie n’est pas plus fréquente dans le sous-groupe que dans la population totale
  • OR > 1 : la maladie est plus fréquente dans le sous-groupe
  • OR >> 1 :  la maladie est beaucoup plus fréquente dans le sous-groupe, il s’agit d’une population

Ici, plus l’odds ratio est élevé pour un paramètre (ex : cavalier asymétrique), plus la selle a un risque élevé de tourner.

Le glissement latéral de la selle n’est donc pas spécifique d’une boiterie du membre postérieur, mais les chevaux boiteux d’un postérieur ont un risque multiplié par 52 d‘avoir une selle qui glisse. Comme beaucoup de boiteries de faible intensité passent inaperçues, il est intéressant d’éduquer les cavaliers à reconnaître le saddle slip afin d’attirer leur attention sur une anomalie d’allure potentielle.

Près de la moitié des chevaux étudiés dont la selle glisse présentaient une anomalie d’allure (boiterie, raccourcissement de la phase antérieure de la foulée, raideur du galop) .

Discussion

Cette étude permet de quantifier les différentes variables susceptibles de provoquer un glissement latéral de la selle lors du travail monté. Les auteurs concluent que le saddle slip peut, certes, être lié à une asymétrie du cheval, de son cavalier ou des matelassures de la selle, mais qu’il est plus probable que ce glissement soit provoqué par une boiterie du membre postérieur. Or ces boiteries restent encore sous-diagnostiquées.

En savoir plus sur le protocole

Quel était le protocole exactement?

Les chevaux

506 chevaux de sport, présumés sains, utilisés dans des disciplines variées (dressage, CSO, concours complet, loisirs) ont été classés en deux groupes : ceux avec un glissement de la selle et ceux sans glissement de la selle. Ils ont aussi été caractérisés selon plusieurs autres paramètres.

protocole Greve & Dyson
Figure 3: Description du protocole

Examen dynamique

Les chevaux étaient examinés au trot en main en ligne droite ; puis montés au trot enlevé et au galop, en ligne droite et sur des courbes. Le glissement latéral de la selle était gradé de 0 (pas de saddle slip) à 2 (saddle slip qui oblige le cavalier à s’arrêter pour remettre la selle droite).

Autres paramètres mesurés

Évaluation de la symétrie et de la forme de la colonne thoracolombaire
  • Évaluation objective
    La forme de la colonne thoracolombaire est mesurée au niveau des vertèbres thoraciques T18, T13 et T8 et à 1/3 de la distance entre la pointe du coude et la pointe de l’épaule. La forme du thorax est observée grâce à une règle de type flexicurve ((JAKARFLEX 100 cmc).
    Les chevaux ont une asymétrie gauche/droite mineure si le coefficient de variation est de 4% (0,6 cm), l’asymétrie est majeure si ce coefficient est supérieur à 8% (1,2 cm).
  • Évaluation subjective
    Par palpation précise de la région dorsale, l’auteur recherche la présence d’asymétries ou de tensions dans les muscles du dos, la présence de poils blancs, de grosseurs ou de douleurs dorsales. Les dos des chevaux sont photographiés vus de derrière.
Evaluation de l’adéquation de la selle

La selle du cheval est évaluée selon les points suivants : matelassures (uniformité du flocage, dureté, équilibre et symétrie des panneaux), type d’arçon (type de matériau, flexibilité) et amortisseurs utilisés.
La selle est dite équilibrée si le point le plus bas du siège correspond au point le plus bas du dos du cheval. L’adéquation de la selle est dite bonne si la selle est équilibrée, si le centre du siège est horizontal et si les panneaux sont en contact avec le dos sur toute leur longueur. L’adéquation entre la forme du cheval, la taille et la largueur du garrot est également notée.

Groupement des chevaux

Les chercheurs ont classé les chevaux en 8 groupes : présence d’une boiterie postérieure unilatérale (groupe A), boiterie des deux postérieurs (groupe B), boiterie concomitante d’un membre antérieur et postérieur (groupe C), boiterie unilatérale d’un antérieur (groupe D), boiterie des deux antérieurs (groupe E), raccourcissement de la phase antérieure de la foulée (groupe F), raideur du galop (groupe G) et non boiteux (groupe H).

Analyse statistique des données

La fréquence d’apparition du glissement de la selle est calculée pour chacun des 8 groupes de chevaux.
Un calcul de l’odds ratio (OR) a permis d’évaluer le degré de dépendance entre les différentes variables mesurées (cheval, cavalier, selle) et l’apparition d’un glissement de la selle. Plus l’odds ratio est élevé pour un paramètre (ex : cavalier asymétrique), plus la selle a un risque élevé de tourner.

En savoir plus sur les résultats

Quels sont les résultats ?

Examen dynamique

62 chevaux présentaient un saddle slip (grade 1 : 54, grade 2 : 8) et moins d’un tiers des cavaliers l’avait déjà remarqué.

L’étude montre que 193 chevaux (38.1%) présentaient une boiterie, en main ou montés. 23 chevaux (54.5%) présentaient une raideur du galop et 15 chevaux (3%) avaient un raccourcissement de la phase antérieure de la foulée.

Lien avec la boiterie
Le glissement de la selle était observé chez :

  • 24% des chevaux avec une boiterie postérieure ;
  • 45% des chevaux avec une boiterie concomitante sur un antérieur et un postérieur ;
  • 5% des chevaux avec une boiterie antérieure ;
  • 17% des chevaux présentant une raideur au galop ;
  • 20% des chevaux présentant un raccourcissement de la phase antérieure de la foulée.

Forme du dos

L’étude montre que 237 chevaux (46.8%) présentaient une asymétrie de la forme du dos de plus de 4% (0,6 cm) entre le côté droit et le côté gauche. Les asymétries en T8 sont les plus fréquentes (163 soit 32,2% des chevaux). Seuls 3 chevaux présentaient une asymétrie majeure.

Adéquation de la selle

La selle était équilibrée dans 340 cas (soit environ 2/3 des chevaux) et adéquate dans moins de la moitié des cas (247 chevaux). Les matelassures présentaient des trous ou des bosses dans 257 selles.
Les chevaux avec une selle inadéquate présentaient :

  • des douleurs focales sous la selle (15.2 vs. 2.6%, P<0.001),
  • une dureté du muscle longissimus dorsi (37.1 vs. 24.6%, P = 0.006)
  • une atrophie musculaire (19.1 vs. 3.9%, P = 0.015).

 

Cavaliers

Sur les 276 cavaliers sont observés (certains cavaliers montent plusieurs chevaux), 37% (soit 103 cavaliers) ne sont pas droits sur leur cheval.

Analyse statistique

Dans 60% des cas, chez les chevaux boiteux d’un postérieur, la selle glisse vers le postérieur le plus boiteux. Le glissement de la selle est toujours plus important sur les courbes que sur les lignes droites.

Analyse des corrélations à l’aide des P-value (P)

On note une relation significative entre le glissement latéral de la selle et :

  • la boiterie (P<0.001),
  • les asymétries de flocage des panneaux (P = 0.035),
  • les selles avec une épaisseur uniforme de matelassures sur toute la longueur des panneaux (P = 0.006),
  • les selles équilibrées (P = 0.07), et
  • les cavaliers assis de travers (P<0.001).
Plus la valeur de P est petite, plus la variable considérée a une influence sur le déplacement latéral de la selle.

Analyse du risque à l’aide de l’odds-ratio (OR)

Le déplacement latéral de la selle est significativement associé avec :

  • des boiteries postérieures ou des anomalies d’allures (OR = 52.62),
  • avec une selle au contact et flocage uniformes (OR = 15.49),
  • un déséquilibre du cavalier (OR = 6.32),
  • une selle en adéquation avec le cheval (OR = 3.05)
  • un dos large au niveau de T18 (OR = 1.2).
Odds Ratio

L’odds-ratio caractérise le risque d’avoir « une maladie » au sein d’un sous groupe d’une population. Trois situations sont possibles :

  • OR ≈ 1 :  la maladie n’est pas plus fréquente dans le sous-groupe que dans la population totale
  • OR > 1 : la maladie est plus fréquente dans le sous-groupe
  • OR >> 1 :  la maladie est beaucoup plus fréquente dans le sous-groupe, il s’agit d’une population

Ici, plus l’odds ratio est élevé pour un paramètre (ex : cavalier asymétrique), plus la selle a un risque élevé de tourner.

Références

Références

Cet article a été résumé par Laure Bonati. Il a été relu par Claire Béjat et Aude Caussarieu. Les illustrations sont de Claire Béjat. Cet article a été édité par Stéphanie Ronckier.

Référence complète de l’article

Greve, L. and Dyson, S. (2013) An investigation of the relationship between hindlimb lameness and saddle slip. Equine Vet. J. 45, pages 570-577.
L’article original

Bibliographie citée par l’article

Dyson, S. (2009) The clinician’s eye view of hindlimb lameness in the horse: technology and cognitive evaluation. Equine Vet. J. 41, 99-100.
Dyson, S. (2011) Can lameness be reliably graded? EquineVet.J.43,379-382. 8. Harman, J. (1999) Tack and saddle fit. Vet. Clin. N. Am.: Equine Pract. 15, 247-261.
Dyson, S. (2012) How to recognise hindlimb lameness : an obvious lameness to subtle gait abnormalities. Proceedings of the American Association of Equine Practitioners Focus Meeting, Oklahoma City, pp. 2-9.
Von Peinen, K., Wiestner, T., von Rechtenberg, B. and Weishaupt, M.A. (2010) Relationship between saddle pressure measurements and clinical signs of saddle soreness at the withers. Equine Vet. J. 42, Suppl. 38, 650-653.
L. Greve and S. J. Dyson 29. Symes, D. and Ellis, R. (2009) A preliminary study into rider asymmetry within equitation. Vet. J. 181, 34-37.

Share Button
[Résumé] Quand la selle glisse sur le côté… – Greve et Dyson 2013
Étiqueté avec :