image pied

La forme du pied du cheval dépend-elle des structures internes ou du maréchal qui suit le cheval ? Kummer et al 2009

Le parage et le ferrage du pied jouent un rôle important sur la santé et la capacité sportive des chevaux à long terme. Dans cette étude, Kummer et al ont souhaité étudier l’influence qu’exerce le maréchal sur l’équilibre du pied par son parage et son ferrage.
Le but de leur étude est d’analyser et quantifier l’influence du parage du maréchal sur la forme du pied du cheval.

Protocole

40 chevaux répartis en 6 groupes homogènes participent à l’étude. Six maréchaux-ferrants différents s’occupent respectivement de parer et ferrer les chevaux de chaque groupe. Les pieds des chevaux sont radiographiés avant et après parage et des paramètres du pied, comme par exemple l’épaisseur de sole, sont mesurés sur les radios. Ces paramètres sont ensuite comparés entre eux de différentes façons.

Résultats

  • Le premier résultat de cette étude est que les chevaux d’un groupe a priori homogène (chevaux de sport de même taille et âge) ont des pieds qui ne se ressemblent pas.
  • Les auteurs ont constaté que les différents maréchaux-ferrants observés paraient des groupes de chevaux semblables de manière différente.
  • De plus, 5 des 6 maréchaux observés réalisaient un parage différent d’une fois sur l’autre .

Au final cette étude montre qu’en pratique la forme du pied du cheval dépend plus du maréchal qui suit le cheval que des structures internes du pied.

Limites

Cette étude ne quantifie pas les variations de parage acceptables pour la bonne santé du cheval sur le long terme.


En savoir plus sur le protocole

Quel était le protocole exactement?

Chevaux et maréchaux

40 chevaux de sport (2 étalons, 14 juments et 24 hongres) participent à l’étude. Ils ont entre 6 et 12 ans et mesurent entre 162 et 172 cm au garrot.
Six groupes de chevaux homogènes sont constitués à partir de la clientèle de six maréchaux-ferrants différents. Les chevaux sont parés et ferrés toutes les 8 à 10 semaines par leur maréchal-ferrant habituel : lors du début de l’étude, le maréchal s’occupe des chevaux de son groupe depuis déjà 1 an.
Les chevaux sont en bonne santé et ne présentent pas de boiteries ou d’anomalies au niveau des pieds.

Méthode

Lors du premier parage de l’étude :

  • Les chevaux sont déferrés ;
  • Les pieds des antérieurs sont radiographiés d’après un protocole standard : une vue de face et une vue de côté pour chaque pied (radios avant parage) ;
  • Les chevaux sont ensuite parés par le maréchal du groupe ;
  • Les pieds des antérieurs sont à nouveau radiographiés selon le même protocole standard que précédemment (radios après parage) ;
  • Les pieds sont ferrés par le maréchal.

Huit semaines plus tard on répète exactement la même procédure pour avoir une deuxième série de radios.

Figure 1 : protocole

Les radios sont numérisées et importées dans un logiciel qui permet de mesurer des paramètres tels que la longueur des os, la largeur du pied, l’épaisseur de la sole, etc.
Onze paramètres sont mesurés sur la vue de côté, huit sur la vue de face. Parmi ces paramètres, certains ne varient pas pendant la durée de l’étude, comme la longueur des os ou des articulations. D’autres varient avec le parage, comme l’angle de la pince avec le sol ou la largeur du pied.

En savoir plus sur les résultats

Quels sont les résultats ?

Paramètres invariables du pied: comparaison entre les différents groupes

Tout d’abord les auteurs comparent les mesures des paramètres invariables des groupes de chevaux entre eux : longueur des os, largeur des articulations…
Bien que les groupes de chevaux soient homogènes en ce qui concerne l’âge et la taille, cette homogénéité ne se retrouve pas dans leurs pieds : deux chevaux de même âge et taille peuvent très bien avoir des pieds très différents (et pourtant fonctionnels). Par exemple les chevaux du groupe 1 ont en moyenne un bourrelet coronal de 10 cm de large et les chevaux du groupe 2 ont en moyenne un bourrelet coronal de 11 cm de large [cf fig. 2].

Vue de face : largeur du bourrelet coronal
Figure 2 : Vue de face : largeur du bourrelet coronal

Paramètres variables: comparaison entre les différents groupes

Les auteurs comparent ensuite les paramètres variables des pieds, et donc les parages des maréchaux, entre les groupes après le premier parage. L’étude montre que le parage de chaque maréchal est significativement différent des autres. Par exemple l’angle moyen de la 3ème phalange avec le sol [cf fig. 3] est en moyenne de 7,9° pour le groupe 2 alors qu’il est de 5,5° pour le groupe 3. Cela signifie qu’en moyenne le maréchal du groupe 2 fait des pieds plus verticaux que le maréchal du groupe 3.

angle de la 3ème phalange avec le sol
Figure 3: Vue de côté : angle de la 3ème phalange avec le sol

Comparaison du travail de chaque maréchal d’un parage à l’autre

La dernière comparaison se fait au sein d’un même groupe, entre le premier et le deuxième parage, ce qui revient à comparer le travail du même maréchal d’une fois sur l’autre. L’analyse montre que 5 maréchaux sur 6 réalisent en moyenne un parage significativement différent d’une fois sur l’autre sur au moins un paramètre. Par exemple le maréchal 6 fait sur son groupe une pince de 2 cm de long en moyenne lors de son premier parage et une pince de 2,8 cm de long en moyenne lors du deuxième [cf fig. 4].

Vue de côté : longueur de pince
Figure 4 : Vue de côté : longueur de pince

Conclusion des chercheurs

Les auteurs concluent qu’il y a des différences significatives sur la plupart des paramètres du pied mesurés non seulement entre les différents maréchaux de cette étude mais aussi entre les parages consécutifs d’un même maréchal. La forme et l’équilibre du pied dépendent donc plus des influences extérieures comme le parage et le savoir-faire du maréchal que des structures internes du pied.

Références

Références

Cet article a été résumé par Sophie Vuillemin. Il a été relu par Aude Caussarieu et Stéphanie Ronckier. Les illustrations sont de Sophie Vuillemin (figure 1) et Claire Béjat (figures 2-4). Cet article a été édité par Stéphanie Ronckier.

Référence complète de l’article

Kummer, M., Gygax, D., Lischer, C., & Auer, J. (2009). « Comparison of the trimming procedure of six different farriers by quantitative evaluation of hoof radiographs ». The Veterinary Journal, 179(3), 401–406.
L’article original

Bibliographie citée par l’article

Pour la définition de l’équilibre du pied :
Balch, O.K., Butler, D., Collier, M.A. (1997). « Balancing the normal foot: hoof preparation, shoe fit and shoe modification in the performance horse ». Equine Veterinary Education, 9, 143–154.


NB: Kummer et al utilisent dans le texte original le terme « balance », traduit par « équilibre » ; les mesures servant à analyser les résultats de l’expérience, elles, montrent la forme du pied. Nous avons donc utilisé les deux termes indifféremment. La lecture complémentaire de Balch et al (cf Bibliographie) permet de comprendre le rapport entre les deux tel que l’entendent Kummer et ses collègues.
Share Button
[Résumé] La forme du pied du cheval est-elle innée ou acquise ? – Kummer 2009
Étiqueté avec :