Quelles sont les variations des teneurs en fructanes et sucres simples d’une plante, le dactyle, selon la saison et le moment de la journée dans une prairie américaine ?

résumé article dactyle

Résumé

La question de recherche :

Pour répondre à ses besoins alimentaires, le cheval doit consommer en majorité des fourrages (herbe/foin). Ces derniers contiennent différents composants comme :

  • des sucres simples (saccharose, fructose, glucose),
  • des fructanes,
  • de la cellulose et de la lignine, qui sont des fibres dites insolubles et dégradées dans le gros intestin du cheval par des microorganismes.


Le dactyle, herbe commune de nos prairies appartenant à la famille des graminées (cf encart bleu pour des définitions plus détaillées), est régulièrement consommé par le cheval. Comme d’autres plantes, il accumule au cours de son cycle de vie fructanes et sucres simples dans ses tissus. Ces glucides sont stockés ou utilisés pour la croissance en fonction de différents facteurs. Leurs quantités varient en fonction des saisons (l’herbe est plus riche au printemps et à l’automne) mais aussi en fonction du moment de la journée.

Pourquoi est-il intéressant de connaître la façon dont le dactyle stocke les glucides au cours du temps ?

Les sucres sont impliqués chez le cheval dans différentes maladies s’apparentant au diabète chez l’humain. Une meilleure gestion de leur consommation par les équidés est donc, pour les sujets sensibles à ce type de troubles, un levier non négligeable pour favoriser leur bonne santé.

Protocole et résultats

Pour mieux appréhender l’évolution des glucides dans la plante, une expérience a été menée dans l’Etat de Virginie aux Etats-Unis (où les étés sont très chauds et les hivers caractérisés par des précipitations intenses mais pas forcément importantes en quantité d’eau tombée). Du dactyle a été prélevé pendant 8 semaines matin et soir. Une partie a été séchée à l’air pour simuler le foin, le reste a été congelé pour préserver les sucres. Les concentrations en fructanes et sucres simples ont été mesurées par deux méthodes d’analyse chimique.

Les résultats montrent que les concentrations les plus élevées en glucides sont observées au début du printemps. Il y a ensuite une diminution progressive des teneurs en sucres au cours de la saison. Les teneurs en fructanes passent de 8% de la matière sèche à 1,7%. Les teneurs en sucres simples (saccharose + fructose + glucose) passent de 11,2 à 4% de la matière sèche. L’effet du traitement et du moment de coupe est différent selon les sucres testés.

Fig 1 : Variation de la teneur en fructanes en fonction du traitement et du moment de la journée. Les astérisques expriment des résultats significatifs avec une p-value de 5%.

Discussion :

D’après cette étude, le début du printemps représente un risque plus élevé pour les chevaux présentant une sensibilité à la résistance à l’insuline ou une prédisposition aux fourbures. Cependant, l’étude ne porte sur l’analyse que d’une seule graminée fourragère. Il serait donc intéressant d’étendre cette étude à plusieurs graminées, voire de la réaliser sur une prairie multi-espèces pour déterminer les modèles d’évolution des sucres dans les graminées au cours du temps.
L’évolution des teneurs en sucres entre le matin et l’après-midi indique bien une tendance pour le dactyle à ce que la prairie soit plus riche en sucres l’après-midi sans pour autant que cela soit significatif pour les fructanes, le fructose et le glucose.

 

En savoir plus sur le protocole
En savoir plus sur les résultats
Références

 

Les graminées (ou poacées) :

Les poacées, plus connues sous le nom de graminées, sont des plantes monocotylédones (avec un seul cotylédon, la première feuille qui apparaît à la naissance d’une plante, et qu’elle perd assez vite ensuite.) et herbacées. Une des particularités de cette famille est la multiplication végétative par tallage (c’est-à-dire par touffes). Les graminées sont une famille botanique très importante car elle compose l’essentiel de la flore des prairies. On retrouve dans cette famille le dactyle, la fétuque des prés, le ray-grass, le pâturin… De plus, les céréales comme le blé ou l’orge sont également des graminées.

Le dactyle (dactylis glomerata) :

Plante de prairie très commune. C’est une graminée fourragère ayant une persistance d’au moins 5 ans. Appréciée par les chevaux, elle supporte très bien la fauche et le pâturage. Elle tolère moyennement les sols humides mais résiste très bien au froid et au stress hydrique (le manque d’eau). Elle a une bonne vitesse d’implantation et tolère bien les sols acides. Son système racinaire est puissant et lui permet d’aller chercher l’eau en profondeur.

Share Button
[Résumé] Quand l’herbe est-elle la plus riche ? – Kagan et al, 2011
Étiqueté avec :